Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
> > > Le gardon en étang au printemps

Le gardon en étang au printemps

Les premiers rayons de soleil réchauffent l'étang. Une zone bien exposée permet des pêches de gardon, annonciatrices de la belle saison et de futures réussites.

Les fleurs des prunelliers donnent un aspect printanier aux haies et chemins, les chatons des saules s'ouvrent et le soleil chauffe surtout en début d'après-midi. Pourquoi ne pas profiter de ces premiers beaux jours pour sortir le matériel, essayer une nouvelle canne, une nouvelle ligne ou un endroit inconnu ?

En cette époque, comme à bien d'autres, l'important est de trouver le bon poste pour le confort du pêcheur et les prises à venir. Les meilleurs endroits sont les plus ensoleillés et à l'abri du vent ou au pire avec le vent dans le dos. Ne négligez pas les arrivées d'eau, évitez les endroits trop profonds donc froids.

Matériel

Canne à emmanchements de type roubaisien donc très raide, équipée d'une crosse à élastique que vous aurez changé pour la circonstance (c'est une bonne habitude de le faire en début de saison!) ou à scion souple. Elle est longue de 4 à 7 mètres.

L'installation classique doit être confortable : panier siège, desserte, seau avec l'amorce, épuisette et bien sûr la grande bourriche.

Le parapluie peut protéger... du vent. Ne pas oublier une serviette pour se frotter les mains.

Laurent MADELON

Montage

La ligne est classique. 70 cm plus courte que la canne (on ne pêche pas à déboîter), elle est en nylon 10/100, terminée par un bas de ligne court (10 cm) en 8/100 sur lequel est monté un hameçon n°22 à 24 fin de fer.

Une plombée groupée (olivette), sous laquelle on ajoute 2 ou 3 petits plombs équilibre parfaitement un flotteur allongé portant de 0,4 à 0,6 g. Seule l'antenne dépasse !

Appâts : Ver de vase, petits asticots (fises et pinkies), pain ou pâte synthétique (Mystic), etc.

Amorce : mélange classique, relativement brune, pour le gardon. On y ajoute un peu de vers de vase ou d'asticots selon l'esche utilisée.

Action

La partie commence par un sondage minutieux du coup (se méfier des zones où existent des arbres bordiers car des branches ont pu tomber à l'eau). L'amorçage est très fragmenté : on jette quelques boulettes bien serrées de la taille d'une noix au départ, puis une pincée de temps à autre, toujours au même endroit : un mètre avant le flotteur.

La hauteur d'eau est repérée sur la canne (une petite tache de Mystic). Cela est important car le fond va être modifié plusieurs fois. Les gardons "montent" parfois dans l'amorce (les touches se manifestent par le flotteur qui demeure à plat). En ralentissant le rythme d'amorçage ils vont revenir sur le fond. Les touches sont généralement franches.