Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
> > > La truite au toc

La truite au toc

En début de saison, et en particulier à l'ouverture de la pêche nombreux sont les pêcheurs qui tentent la truite avec des appâts naturels (ver de terre, porte-bois), au fil des semaines les truites deviennent de plus en plus regardantes et il faut remplacer les appâts de forte taille par d'autres plus petits.

Les pêcheurs des cours d'eau de montagne où l'eau est claire, peu profonde, les profondeurs et les courants variés, les caches et les obstacles nombreux pratiquent la technique dite "au toc".

Cette méthode est ainsi nommée car le pêcheur demeure en contact permanent avec le fil et l'appât et ressent dans la main, les coups de tête de la truite qui engame (les "tocs").

Faire glisser dans l'eau un appât vers la cache d'une truite et ce le plus naturellement du monde, entre des courants qui ne cessent de changer. Facile ? Pas tant que cela !

Matériel

Une canne assez longue toujours : 3,50 à 4 mètres au minimum, parfois plus longue (5 ou 6 mètres) dans les plus petites rivières.

Elle est munie d'anneaux et d'un moulinet qui n'est guère qu'une réserve de fil. La mode fait souvent choisir un moulinet à tambour fixe (lancer léger) mais sachez qu'un moulinet simple tournant suffit car on pêche "sous la canne".

Le fil va de 14 à 20/100 en général. Une musette ou un panier avec le matériel de rechange et une paire de ciseaux.

Pensez à l'épuisette même si son filet s'accroche régulièrement dans les ronces et vous fera perdre un peu de temps, elle vous assurera une mise au sec du poisson dans de bonnes conditions.

Laurent MADELON

Montage

C'est là qu'est toute l'astuce et la technique du pêcheur au toc. Et pourtant c'est bien simple : quelques plombs montés de façon dégressives sur le bas de ligne de 12/100 en général, plus ou moins long (10 à 50 cm) et éventuellement un repère visuel comme un brin de laine ou un petit Rigoletto.

Le poids et la disposition des plombs : tout est là ! Et on en apprend tous les jours !

Appâts

A l'ouverture, le meilleur appât est sans conteste le ver de terre, ce beau lombric à tête noire, frétillant à souhait.

La truite sort d'une période assez longue de disette et après sa reproduction, elle a besoin de se reconstituer et elle consomme volontiers des vers, d'autant que les pluies de fin d'hiver apportent de nombreux vers dans le cours d'eau.

Plus tard en saison, la teigne, le tébo, le porte-bois sont meilleurs.

Action

Inutile de lancer loin : on lance la ligne devant soit ou un peu en amont de l'endroit où on suppose la présence d'un poisson. On laisse glisser l'appât le long de la cache potentielle. Une main tient la canne, l'autre le fil. Le ver étant lourd, le premier plomb est assez éloigné de l'appât. La plombée est progressive : les plombs les plus lourds étant placés le plus haut. La distance entre les plombs diminue plus on s'éloigne de l'hameçon.

Si au bout de plusieurs passages rien ne s'est passé, on change de poste en progressant vers l'amont. Si la touche est franche, elle se ressent dans la canne. Laissez mordre puis ferrez d'un coup sec vers l'aval de façon à piquer l'hameçon.

Laurent MADELON