Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
> > > La truite à l'ouverture

La truite à l'ouverture

Début mars, les rivières sont souvent hautes, les eaux fortes, fraîches et teintées. A cette époque, les truites ont faim et elles apprécient volontiers une proie de belle taille. Un beau ver va la tenter, à condition qu'il semble amené, le plus naturellement possible, par l'eau.

A l'ouverture, il faut d'abord trouver les bons coins.

Les truites sont là mais mordent difficilement, engourdies par les températures faibles. Elles ne sont plus très méfiantes et ont même oublié (pas pour longtemps) la silhouette des pêcheurs.

En montagne, les eaux sont froides et vives, les truites sont dans les caches les plus diverses.

En moyenne montagne, les pêcheurs préfèrent les ruisseaux aux grosses rivières. Les eaux y sont un peu plus tempérées et les poissons plus actifs. Il s'agit souvent de reproducteurs qui traînent un peu après la ponte.

En plaine, on a guère le choix. Les rivières roulent des eaux fraîches, hautes et teintées. La confluence d'un petit affluent constitue toujours un excellent endroit. Le ruisseau apporte des eaux claires, à température constante, un peu plus élevée que celle de la rivière.

Pourquoi le ver ?

Deux raisons essentielles :

1. A cette époque, les truites se nourrissent essentiellement de proies de belle taille. Les invertébrés sont cachés, peu actifs et les larves d'insectes de petite taille.

2. Les vers dans les prés et les champs se montrent un peu plus actifs, ils sortent la nuit et finissent par tomber à la rivière. Lors d'une montée des eaux des vers sont aussi emportés. Donc la truite a pris l'habitude de ces animaux qui se tortillent dans l'eau.

Laurent MADELON

Quels vers ? En début de saison, un lombric de taille moyenne se montre efficace. Si vous avez des lombrics de forte taille vous pouvez les couper en deux ou chercher une grosse truite avec un ver énorme...

Le ver est accroché sur un hameçon n°2 à 6. La pointe est entrée sous le renflement de son corps et sort près de l'extrémité pointue (tête). Ainsi fixé, il se maintient parfaitement et la partie libre continue à se contorsionner dans l'eau.

Dans les eaux courantes et peu profondes : la pêche se fait au "toc"

Quelques plombs mous sont pincés sur le fil. Il est important de pouvoir les glisser sur le fil afin d'étaler ou de concentrer la plombée selon les postes. Une bonne répartition consiste à placer un petit plomb à une dizaine de centimètres de l'hameçon, et d'autres plus gros et plus haut (espacés de 5 à 1 cm). L'objectif est que le ver suive le courant le plus naturellement possible. Un morceau de laine rouge ou jaune noué sur le fil ou un flotteur amovible (de type "Rigoletto"), de petite taille permet de repérer les évolutions de la ligne.

Chaque poste potentiel est prospecté avec attention. Il s'agit d'une recherche systématique, sur chaque cache : des branches qui tombent dans l'eau, une pierre, un petit tourbillon, etc. Rien ne doit être laissé au hasard. La canne est longue, 3 à 5 m et on se tient en retrait de la berge.

Laurent MADELON

En rivière plus calme et plus profonde

On remplace le repère par un flotteur. On va ainsi pêcher à un semblant de "longue coulée" ou de bolognaise. Il faut toujours retenir la ligne, de façon à ce que l'appât se présente en premier. Le réglage des plombs est aussi important.

En eaux courantes

Sur fond de graviers et de galets, la pêche "à rouler" est rentable en début de saison. Sur l'agrafe d'un émerillon on installe le bas de ligne long de 40 cm et un "cassant" (fil de 12/100 long de 20 à 30 cm) sur lequel on serre quelques gros plombs. La plombée est freinée par le frottement sur le fond et l'appât se présente très librement au poisson qui sort de sa cache pour s'en saisir. En cas d'accroc, seule la plombée sera perdue.